Reposoir

Par Vincent Fortemps Dernière modification 2022-05-02T07:52:29+01:00
Le reposoir est plus élaboré que les bornes-potales mais plus modeste que les chapelles. C’est une petite construction élevée en grès. Elément bâti droit. C’est une « chapelle » réduite sans fenêtre, ni porte, terminée par une toiture.

Localisation : Rue des rivières.

Bien et PPPW

Reposoir
Notre-Dame de Lourdes

Namur
Yvoir

Le reposoir est plus élaboré que les bornes-potales mais plus modeste que les chapelles. C’est une petite construction élevée en grès. Elément bâti droit. C’est une « chapelle » réduite sans fenêtre, ni porte, terminée par une toiture. Le réceptacle de la statue est plus spacieux que dans la borne-potale et comporte une tablette pouvant aussi recevoir d’autres objets de culte. Ce réceptacle est peint en bleu foncé. La niche en plein ceintre est encadrée de claveaux en pierre de couleur blanche. Une ornementation en fer forgé représentant des feuilles de lierre protège la vierge. Une inscription en fer peint en blanc se trouve à ses pieds « Ave Maria » : Je vous salue Marie. Cette inscription se trouvait précédemment fixée au-dessus de la clé du linteau. Au faite du toit se trouve une croix métallique tréflée. Le reposoir est surélevé par rapport à la rue par un petit muret de pierre bleue. Pour y accéder, il faut monter quelques marches.
Le reposoir se trouve au milieu de la rue des rivières. Il ne se situe pas comme les bornes-potales soit au croisement de deux rues ou à l’extrémité du village ou d’un hameau.

Bon

Liens avec le folklore/rites/fêtes religieuses : Sa bénédiction eut lieu en grande pompe en 1954 ; une procession partie de l’église accompagna la Vierge portée par des jeunes filles vêtues de blanc. A cette chapelle, on a longtemps récité le chapelet du mois de mai. Date de construction : 1954 Historique : Enfin en 1954, dans le cadre de la décoration du Tienne qui avait été approuvée dès 1950 et afin de remercier la Vierge d’avoir préservé le village durant la seconde guerre mondiale, le curé Hacon a fait édifier une chapelle dédiée à Notre Dame de Lourdes, dans un style plus moderne en pierre de grès, au milieu du talus qui longe le côté droit de la rue des Rivières. La statue de la Vierge elle-même fut payée par Henriette Burton en remerciement de la guérison de Jean Scohy, gravement malade durant son service militaire. La construction de la chapelle fut confiée à Raymond Lebrun et à son équipe, pour lesquels l’appareillage en moellons de grès était une spécialité, tandis que Joseph Gillet se chargea de la ferronnerie.

Références : - Germain (Jean) et Genette (Louis), Spontin d’eau et de pierre. Un village millénaire au centre de la Wallonie, tome 2, Spontin, chez les auteurs, 2004, 498 p. - Brilot (Jacques), L’entité d’Yvoir au XXe siècle. 1. La vie religieuse à Bauche, Dorinne, Durnal, Evrehailles, Godinne, Houx, Mont, Purnode, Spontin, Yvoir, Yvoir, chez l’auteur, 1997, 117 p. - http://clochersdewallonie.be/
Aucun fichier
Catégorisation
Spontin
Petit Patrimoine Populaire Wallon » 02. Petit patrimoine sacré » 02.05. Reposoirs fixes
50.324 ; 5.003